Musée Fenaille

De nouvelles découvertes

5.0.2

 

Depuis une quinzaine d’années, les découvertes de statues-menhirs se sont multipliées en révélant des représentations inédites. On connaissait 31 statues-menhirs en 1912, près d’une cinquantaine dans les années soixante-dix. Aujourd’hui, elles forment un ensemble de 150 monuments concentrés dans un territoire bien délimité autour des monts de Lacaune. Le contexte archéologique était mal connu dans cette zone agricole fortement boisée et les populations à l’origine des statues-menhirs on été longtemps considérées comme extérieures à ce territoire.

Ces dernières décennies, les principales zones de concentration de statues-menhirs ont livré dans leur voisinage du mobilier archéologique (outils, céramique) qui semble indiquer la présence probable de lieux d’habitats. Les sculptures sont généralement localisées sur des lieux privilégiés présentant des pentes peu marquées, ayant un potentiel favorisant l’agriculture ou l’élevage, à proximité de voies permettant une circulation aisée dans la région. Ces positionnements pourraient nous indiquer les cheminements empruntés par les communautés préhistoriques, mais aussi les limites de territoires exploités ou cultivés. Les statues-menhirs auraient été érigées par les premières communautés agricoles installées dans cette région entre la fin du IVe et le milieu du IIIe millénaire avant notre ère, soit il y a près de 5 000 ans.

Un nouveau regard

5.0.2

 

La signification et la fonction des statues-menhirs restent difficiles à interpréter, car les sociétés qui les ont érigées ne possédaient pas l’écriture. Plusieurs générations de chercheurs ont émis des hypothèses variables : images divines, figures protectrices pour les chasseurs… Aujourd’hui, les recherches portent sur l’organisation sociale de ces communautés.

En Occident, la fin du Néolithique est marquée par un processus de compétition entre les communautés qui se dotent de symboles forts pour matérialiser l’autorité et baliser leur espace. Des personnalités semblent s’imposer au sein des groupes. Qu’elles soient l’incarnation de héros ou de dignitaires, les statues-menhirs paraissent d’abord représenter des êtres détenant un pouvoir. L’importance ou le prestige de ces personnages entraine des groupes humains à se mettre en quête de blocs rocheux, à les déplacer sur plusieurs kilomètres, les sculpter et les ériger. C’est aussi la première fois que l’homme choisit la pierre pour se représenter à grande échelle, dans un format proche de la taille humaine ou parfois colossal (4,5 mètres de haut pour la Pierre Plantée sur les monts de Lacaune).