Musée Fenaille

L'affaire Fualdès, le sang et la rumeur

fualdes_carton_HD_Page_2Deux cents ans après l’assassinat du procureur Bernardin Fualdès, l’exposition s’est attachée à révéler les ressorts et les mystères d’une des plus célèbres affaires criminelles du XIXe siècle. La France et toute l’Europe vont suivre cet incroyable feuilleton judicaire nourri par le regard des premiers correspondants. Dans une France usée par les guerres napoléoniennes, marquée par les bouleversements révolutionnaires, agitée par des complots et des conspirations, l’affaire Fualdès agit comme un révélateur. Elle annonce le mariage entre la presse écrite et les récits de justice, entre le crime et les récits populaires, entre l’encre et le sang. Au centre de l’histoire, une rumeur persistante constituera le terreau  de toutes les affabulations. Les premières lithographies, des bois gravés, de multiples estampes accompagneront l’imaginaire des lecteurs des nombreuses notices, comptes -rendus, mémoires ou lettres publiés autour du procès.

L’affaire connaîtra un immense succès populaire. Les tableaux représentant les principaux accusés entameront un tour de France avant d’être dévoilés à Paris. Des représentations théâtrales de rue fleuriront en province. Certains des accusés partiront faire fortune à la capitale en vendant leurs mémoires ou en répondant aux questions des curieux dans des cabinets de cire reproduisant les scènes de l’assassinat. L’artiste Théodore Géricault réalisera une série d’études sur le sujet. Une complainte, fredonnée jusqu’à la fin du XIXe siècle, marquera durablement les esprits. « L’effroyable affaire » hantera l’imaginaire collectif et Rodez restera longtemps la ville où « on égorge les gens comme des cochons ».

L’exposition a rassemblé des documents originaux et inédits provenant de collections privées et bénéficie de prêts d’institutions nationales.

 

Toute l'affaire en web documentaire

 

L'affaire Fualdès

La publication "L'affaire Fualdès, le sang et la rumeur"

9782812612800Au matin du 20 mars 1817, le corps du procureur Antoine Bernardin Fualdès était retrouvé égorgé dans l’Aveyron. Une extraordinaire affaire commençait, retentissant fiasco policier et judiciaire sur lequel se sont penchées plusieurs générations d’historiens, de chercheurs et de criminologues. Deux cents ans après les faits, le musée Fenaille revient sur l’incroyable feuilleton qui passionna la France et toute l’Europe. Dans un pays usé par les guerres napoléoniennes, agité par des complots et des conspirations, l’affaire Fualdès agit comme un révélateur. Elle annonce le mariage entre la presse écrite et les chroniques judiciaires, le crime et les récits populaires, l’encre et le sang. En fait foi la profusion d’images produites : lithographies et estampes sont publiées par dizaines. La riche iconographie rassemblée dans ce livre témoigne de la postérité de l’affaire dans la culture populaire mais nous rappelle aussi que de grands artistes tels que Théodore Géricault s’emparèrent du sujet. Quant aux chansonniers, ils propagèrent une complainte qui sera fredonnée jusqu’à la fin du dix-neuvième siècle.

Guidé tour à tour par le regard de différents historiens : Frédéric Chauvaud, Jean-Michel Cosson, Diane Joy, Dominique Kalifa, Jacques Miquel, Aurélien Pierre et Jean-Noël Tardy, le lecteur est invité à pénétrer les arcanes d’une chronique judiciaire dont nul ne saura sans doute jamais le fin mot. Récit collectif totalement fantasmé, l’affaire Fualdès nous rappelle comment, l’opinion s’emparant du fait divers, s’invente une mythologie du crime.

mai 2017
Sous la direction de Jacques Miquel et Aurélien Pierre
256 pages
32,00 €
ISBN 978-2-8126-1280-0
Les émissions de radio à réécouter sur le web

Jeudi 15 juin 2017, Jacques Pradel consacrait sont émission "L'heure du crime" sur RTL à l'affaire Fualdès et à l'exposition présentée au musée Fenaille. Ré-écouter le replay

Mercredi 28 juin 2017, de 13h30 à 14h, écoutez "La marche de l'histoire" sur France Inter sur l'affaire Fualdès.

Florilège ! Collections de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron

Affiche du musée Fenaille photo T. Estadieu_webLe musée Fenaille et la Société des lettres de l'Aveyron ont fêté leurs 180 ans. A cette occasion le musée Fenaille a présenté une exposition temporaire.

Les collections conservées par la Sociétés des lettres, sciences et arts de l'Aveyron sont d'une richesse insoupçonnée. Archives, manuscrits, imprimés anciens ou modernes, mais aussi dessins, estampes et photographies constituent un fonds incontournable sur l'histoire du Rouergue, un véritable archipel des savoirs. L’ensemble illustre la diversité des champs d'étude poursuivis par les membres de la société savante comme le foisonnement des recherches initiées dès sa création.

L'exposition s'attache à révéler ces collections dans leur diversité à travers des documents rares ou inattendus : une lettre à Chateaubriand, le premier livre imprimé à Rodez, des boîtes à herboriser du botaniste Hyppolite Coste, le chasse peste du Rouergue... Un florilège de la collection de la société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron où chacun pourra s’émerveiller, se délecter et aiguiser sa curiosité.

Ci-dessous l'album photo de l'exposition :

Exposition Florilège au musée Fenaille à Rodez

Guerriers celtes du Midi, stèles et sculptures du Premier âge du fer

L'affiche de l'exposition Guerriers celtes du Midi
Le musée Fenaille nourrit depuis plusieurs années une réflexion sur la représentation de la figure humaine et les conditions de son expression en lien avec son emblématique collection de statues-menhirs. L’exposition Guerriers celtes du Midi, stèles et sculptures du Premier âge du fer s’inscrit dans cette perspective.
Elle porte son attention sur l’émergence de la sculpture anthropomorphe chez les populations indigènes de la Gaule méridionale du début de l’âge du Fer, soit entre le VIIIe et le Ve siècle avant notre ère.
Après le formidable développement des statues-menhirs à la fin de la Préhistoire, l’image de l’Homme s’efface peu à peu dans la sculpture du Midi de la France avant de réapparaître au début de l’âge du Fer (750-550 av. J.-C.).
L’exposition retrace la naissance de la statuaire chez les peuples de la Gaule méridionale autour d’un ensemble unique rassemblant les rares exemplaires mis au jour dans la région.

Télécharger le dossier de presse de l'exposition Guerriers celtes

Voir ou revoir l'exposition en feuilletant l'album photo ci-dessous :

Exposition Guerriers celtes du Midi au musée Fenaille à Rodez

Révélations

Pièces de l'exposition RévélationsLe regard porté par la communauté scientifique sur les collections du musée renouvelle nos connaissances et bouleverse parfois nos certitudes. Ainsi, un certain nombre d’objets exposés présentent depuis peu un nouveau visage, alimentent parfois de nouvelles théories. Ils participent tous  à un exercice de réécriture incessant, celui de notre histoire. Loin d’être figé, le parcours dans les collections permanentes offre ainsi un récit neuf. A travers une signalétique spécifique, le musée s’attache à présenter les dernières hypothèses comme les nouvelles perspectives de recherche.

Trésors cachés

Vierge en majesté de l'hôpital du Pas, première moitié du XIIIe siècle, bois polychrome. musée Fenaille - Rodez. Photo T. Estadieu

Le musée Fenaille dévoile une sélection d’objets conservés précieusement dans ses réserves et dans le Centre de Conservation et d’Etude archéologique du Grand Rodez (Centre Lucien Dausse). Acquisitions anciennes, donations, dépôts, découvertes archéologiques ou achats récents enrichissent le parcours de visite de la collection permanente comme autant de ponctuations et d’éclairages nouveaux sur l’histoire du territoire.  Un cheminement à travers une quarantaine de pièces qui conduira le visiteur à découvrir une tête gauloise inédite, des graffitis d’élèves de l’antique Segodunum, un rare trésor monétaire mérovingien, une vierge en majesté romane sauvée des tourments révolutionnaires ou l’une des plus anciennes photos de la cathédrale de Rodez prise au tournant des années 1860.TETE GAULOISE 2-2