Musée Fenaille

ÎLE DE PÂQUES, L'OMBRE DES DIEUX - du 30 juin au 4 novembre 2018

« Voyage à l’île de Pâques : un parcours muséal en Occitanie »

Terre du bout du monde, isolée au milieu de l’océan Pacifique, l’Île de Pâques n’a cessé de nourrir l’imaginaire collectif occidental. Comment, sur un territoire si réduit et si peu peuplé, a-t-on pu ériger plus de 800 moaï ? Que s’est-il passé pour que l’environnement ait autant changé en si peu de temps ? D’où proviennent les premiers habitants de l’île avec tout leur monde symbolique et leurs connaissances ? Comment peut-on vivre aujourd’hui dans une situation si extrême d’insularité ?

Le Muséum de Toulouse, le Musée Fenaille de Rodez et le Musée Champollion, Musée des

écritures de Figeac se sont associés pour proposer durant tout l’été 2018 « Voyage à l’île de Pâques : un parcours muséal en Occitanie ».

 Au musée Fenaille à Rodez, l’exposition « L’ombre des dieux » s’attachera à présenter l’univers fascinant des représentations humaines sur l’île de Pâques à travers un ensemble unique d’artefacts, ornements et sculptures en bois d’une extrême rareté, issus des collections publiques françaises (Quai Branly) et des plus importantes collections privées.

Auguste Rodin, portraits de Mme Fenaille - depuis le 9/04/2016

Auguste Rodin, Marie Fenaille, 1898-1900, plâtre, musée Rodin, Paris. Photo Pauline HisbacqLe musée Fenaille accueille dans sa collection permanente une sélection de portraits de Madame Fenaille ; un dépôt exceptionnel de six sculptures par le musée Rodin.
Maurice Fenaille, pionnier de l’industrie pétrolière en France, est un amateur d’art éclairé et un collectionneur animé par une grande générosité pour les musées français. Il cultive sa passion en fréquentant des artistes de son temps, achetant des œuvres ou passant commande selon ses goûts et ses centres d’intérêt. Fenaille rencontre Rodin en 1885 par l’intermédiaire de l’architecte Emile Bastien-Lesage. Il devient au fil du temps, un de ses mécènes les plus fidèles, un ami et un soutien infaillible pendant près de 30 ans ; En 1898, il sollicite le sculpteur, alors au sommet de sa gloire, pour la réalisation d’un portrait de sa femme, Marie Fenaille. La rencontre avec ce modèle, au port de tête si singulier, donnera naissance à de multiples variations et de nombreuses esquisses qui révèlent les chemins sinueux de la création chez Auguste Rodin.
image : Buste de Madame Fenaille (plâtre), Eugène Druet, Epreuve gélatinoargentique, 40 x 30 cm, Ph.4156, Musée Rodin, Paris.